Super Gertrude

Une provinciale à paris, dans une colloc, après une expérience à l'étranger...

16 octobre 2007

Sorry for this bad moment ...

(Désolée de prendre cet espace comme un dévidoir de souffrance en ce moment mais ça me fait du bien et où pourrais-je le faire autre que sur mon blog ?!)

J'ai tenu dimanche sans donner de nouvelles, sans apeller, sans textos, sans mails, rien !
J'ai parlé avec ma mère pendant plus d'une heure de ce qu'il se passait, et le temps de lui annoncer....
Puis avec mon unique copine sur Paris pour finalement me rendre compte qu'il était déjà 17h, l'heure à laquelle j'avais rdv avec Y du côté de Balard :@

J'ai fait mon max pour arriver au plut tôt, la séance de ciné commençait à 18h, je me suis pointée 5 mns avant. Autant vous dire que les présentations furent brèves ! Mais il est sympathique ce garçon.
99fr est un film à voir, un peu space mais sympa !

Voilà comment j'ai pu tenir. C'est pas glorieux je sais.

Lundi déprime en vu, à cause des cours, il faut se concentrer et apprendre mais je n'y arrive pas, à 17h30 je suis chez moi à ne pas savoir quoi faire...
Je préfère autant être au boulot pas besoin de réfléchir ni de penser, j'ai l'esprit occupé, c'est devenu un automatisme donc je fais ce que j'ai à faire point barre, je termine mes journées tard et ça le fait.
J'ai gratté quelques heures de cours hier pour une réunion importante, ça m'a fait du bien de voir les filles et de manger avec elles.  Je leur disais encore que je devais tenir le coup jusqu'à mercredi sans donner de news, sans lui parler et sans le voir pour qu'il réalise aussi qu'il peut me perdre.

Et bingo, hier aprèm, appel en absence de Mr KLS vers 15h..., pas de message. Bizarre. Deuxième appel vers 18h... pas de message non plus. Il me rapelle vers 21h, je réponds stressée.
Il a besoin que je lui refile les doubles de ses clefs CE SOIR pour ses parents qui arrivent demain midi. J'avoue avoir été déçue. J'accepte qu'il vienne les chercher (pas trop le choix) en lui montrant que j'étais pas très motivée de le voir...
A partir de son appel jusqu'à son arivée je n'ai pas arrêté de trembler de l'intérieur, jamais vu ça, c'était horrible, tous mes organes se donnait la réplique, ho-rri-ble.

Il est passé en voiture, je lui ai demandé pourquoi parce qu'il habite presque à côté, il m'a répondu qu'il devait passer quelquepart après, supeeeeer..
On discute un peu.
Il a absolument voulu savoir avec qui j'ai passé ma soirée de samedi, si il les connaissait, et comment ça s'est passé avec Y. J'ai commençé par répondre que ça ne le regardait pas. Et puis je lui ai demandé si il voulait connaître la vérité ? Eh bien j'ai rencontré un meeticboy et Y durant le weekend, résultat ça m'a réconforté dans l'idée que la seule chose que je veux c'est toi, ça te va ?!

Il me dit que si il est avec elle (en même temps ils ont du se voir 2fois...) c'est parce qu'il a besoin de se restructurer, pour continuer à vivre. Ce à quoi je réponds : parce que tout seul tu aurais arrêter de vivre ? comment je fais moi ?
il n'a jamais répondu...

Plein de truc comme ça où il se positionne encore dans le paradox le plus total. Il émet encore l'hypothèse de revenir mais pas tout de suite. Il dit qu'il prend le risque que de mon côté je l'ai effacé de ma vie quand il se décidera. Il ne veut pas revenir parce qu'il ne le désire pas à 100% maintenant. Il a peur, et si il attend d'atteindre cet objectif pour bouger, c'est mort d'avance, loin des yeux, loin du coeur..
Il me dit qu'il ne me mérite pas, que c'est un salaud d'aller voir ailleurs dès le 1er problème, que je mérite bien mieux que ça. Qu'il n'a pas envie d'entendre dans deux ans (dans l'hypothèse qu'on soit en couple) des reproches de ma part du style "oui mais MOI je ne suis pas alleé voir ailleurs au 1er problème".
Bref, il a voulu me prendre dans ses bras, j'ai refusé la première fois. Et à force de parler on s'est rapproché pour finalement se parler dans les bras l'un de l'autre. Je lui ai demandé pourquoi il était si dur avec moi, il m'a répondu que ce n'était avec moi mais avec lui qu'il devait être dur, je ne vois pas pourquoi il fait ça. Il continue en me disant qu'il serait faché et il m'en voudrait un max si c'est moi qui lui avait fait ça.
Avant de partir il m'a dit qu'il voulait qu'on se revoit, sauf que c'est pas possible. Tant que y aura l'autre je ne pourrais pas me reconstruire, j'ai besoin de temps pour faire mon deuil. Il n'y croyait pas mais je lui ai bien fait comprendre que dorénavant je n'étais plus à sa disposition et qu'il ne décidait plus de rien. C'était la dernière fois qu'on se voyait. Je ne peux pas et ne veux pas le voir en tant qu'ami. Avant de partir il m'a enlassé, je lui ai dit de se donner une chance cette fois pour que ça marche avec l'autre et aussi qu'il était repartit pour 28 ans avant de retrouver quelqu'un qui compte. Il n'a rien répondu.

Il est monté dans sa voiture, un dernier câlin, un dernier regard et...........un dernier langoureux baiser...comme un adieu de ma part.

Il ne m'a pas repoussé, il s'est laissé faire, ça a duré. On a tout les deux apprécié, il a dû ressentir quelquechose de fort.
Ca m'a fait du bien et autant de mal à la fois...
Je ne l'ai pas regarder en partant je ne me suis pas retournée, je ne l'ai pas regardé partir.

Hier soir j'ai bien senti que ça m'avais chambouler mais pas à ce point.....ce matin j'ai failli rester dans mon lit pour déprimer (c'est pourtant pas mon caractère ça). Pas envie d'aller en cours, j'ai failli vomir mon petit déj. Tout le haut de mon corps a été repris de légers tremblements incéssants, comme hier soir. Je pensais aller beaucoup mieux ayant mangé 2 repas normaux hier. Mais ça doit pas être LE bon signe.
Et toute la matinée a été une angoisse à penser, à re-penser, à re-re-penser, un truc à te rendre fou.
La pause c'est pire que tout, c'est ça d'avoir pris des mauvaise habitudes telles que l'apeller dès qu'une occasion se présentait...

Posté par SuperGertrude à 13:46 - Boys boys boys lalalalalala.... - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

  • Ah, je te comprends, c'est difficile à vivre ce genre de situation... Ca me fait de la peine que ca se déroule ainsi. Tu dis que ton cercle de connaissances est plutôt réduit sur Paris, je suppose que c'est différent pour ce qui est des amis en général. En tous cas, si tu as besoin d'écrire, d'en discuter, tu as mon adresse MSN je crois...

    Prends quand même soin de toi !

    Posté par Anne, 16 octobre 2007 à 21:41
  • Je suis de tout coeur avec toi, pas facile ce genre d'histoire surtout dans une grande ville...
    Si tu veux te changer les idées ce we, je suis libre et seule samedi am... Ca pourrait te faire du bien de changer de personnes/coins.... Allez en tout cas, t'en fais pas, la vie est faite de surprises...

    Posté par Agatha, 17 octobre 2007 à 20:48
  • Anne : Ca va beaucoup mieux merci ! en revanche je ne crois pas avoir ton msn ?!

    Agatha : Merci pour ta proposition c'est adorable mais j'ai pris tellement de retard dans mes projets de cours depuis 2/3 semaines que je vais pas avoir vraiment le choix ce weekend. N'hésites pas à me dire quand tu viens sur Paris ! et vivement la prochaine surprise

    Posté par Super Gertrude, 19 octobre 2007 à 00:22
  • Ca rappelle quelques souvenirs ce texte (bon, j'ai pas encore lu le début de l'histoire !)

    Posté par EPP, 19 octobre 2007 à 21:58

Poster un commentaire